Abarka

Mauléon : capitale de l'Espadrille.

Il est difficile de déterminer la naissance de cet artisanat bien que l'on raconte qu'au XIII ème siècle les fantassins du roi d'Aragon étaient chaussés d'espadrilles. Dés le 18 ème siècle, l'espadrille est fabriquée dans le Pays Basque par des artisans du chanvre et du lin.
C'est au début du XIX ème qu'une famille de Mauléon se lance dans la vente d'espadrilles en grande quantité et les collecte au domicile des artisans dans les villages voisins. Ainsi apparait le fabricant de sandale: en fait il ne les fabrique pas mais organise et distribue le travail à domicile.
Espadrille en toile et semelle de chanvreA partir de 1880 on fabrique les espadrilles en usine. Son usage se répand dans les mines du nord où au fond, on use une paire par semaine. Cette nouvelle demande, aboutira à la création de 30 usines en Soule.
Les premières difficultés apparaissent après la guerre; à cette période afin d'éviter les coups de grisou, on humidifie les mines, les semelles de corde des espadrilles ne peuvent y résister.
Dans les années 80, un nouveau coup est donné à la production par l'apparition d'espadrilles asiatiques sur le marché.
Aujourd'hui, l'espadrille de Mauléon est devenue un article de loisirs et de détente et sa fabrication est devenu semi-artisanale.

Quelques artisans continuent à perpetuer la fabrication de l'espadrille. Autrefois, elle chaussait le pied du pauvre. Sa semelle qui jadis etait trempé dans le goudron afin d'en limiter l'usure, est aujourd'hui en caoutchouc. sa conception est à moitié manuelle , moitié mécanique.
La mode s'étant emparée de l'espadrille, elle est devenue de nos jours plus fantaisiste. Malgré, ce regain de popularité cet artisanat souffre aujourd'hui d'un manque de main d'oeuvre.
La légende des 3 Etche
Les premières difficultés dans l'industrie de l'espadrille, apparaissent en 1935. Elles suscitent la création d'une nouvelle sandale, la "REGUM", plus adaptée à la pluie et à l'humidité. Elle fut accueillie avec succès et est, à l'origine du "Pataugas". La renommée mondiale de cette chausure doit tout à son créateur René Elissalde.
Pour assurer la promotion de son produit, il organise un tour de France de 3 marcheurs, les trois Etche : Etchegoyhen, Etcheverry, Etchebarne.

Source: Jacques Managau

     Précédente